A l’assaut des pop cakes… une amusante épopée (même si je ne referais pas ça tous les jours!)

Ils fleurissent partout sur la blogosphère. Et ils sont si réussis, si jolis, si appétissants que je me suis laissé tenter.

Sans acheter les fondants extraordinaires, les chocolats ultra performants des USA. Moi, je fais local, avec ce que je trouve dans mon petit Leclerc. Alors, c’est vrai qu’ils sont moins beaux que ceux de la blogosphère, mais je m’en fiche! je l’ai fait!

Si tu veux toi aussi vivre cette aventure, je vais te raconter mon vécu… et peut être que tu t’en sortiras!

Première chose à faire: regarder la vidéo ci dessus. Ça a l’air super facile! alors pourquoi pas vous, ou moi!

Deuxième chose à faire: parcourir le net. Tapez « Cake pops » dans Google. Comme ça, en passant, vous verrez de très jolies choses. Ça peut vous inspirer.

Parmi tous les blogs français, je vous conseille d’aller lire cet article sur le blog « C’est maman qui l’a fait ». Une bible, rien de moins.

Puis, pour être sure de réussir avec les produits du commerce, le commerce normal, celui du bas de chez vous, là où on ne trouve ni fève tonka, ni bâton de sucette, il faut lire cet article du blog Flemmarde mais pleine d’idées (et en profiter pour dévorer tout son blog, d’ailleurs). Et pour ce qu’elle n’explique pas, je prends le relais!

A l'assaut des pop cakes... une amusante épopée (même si je ne referais pas ça tous les jours!) 04

Troisième chose à faire: aller dévaliser le rayon décorations de gâteau de votre supermarché. Et le rayon chocolat de pâtisserie! Ne pas oublier les pics à brochettes et se trouver un support pour planter les cake pops. Y en a qui utilise une plaque de polystyrène. A moins d’avoir déballer un meuble en kit dernièrement, je vous suggère la boite d’oeuf (pas celle en plastique, évidement), ou simplement un verre.

A l'assaut des pop cakes... une amusante épopée (même si je ne referais pas ça tous les jours!) 03

Dernière chose, et non des moindres: programmer ça un jour où vous n’avez rien d’autre à faire. C’est la condition sinéquanone.

Parce que cela prend énormément de temps. Autant peut être que des macarons la première fois. Pour être engloutis en deux temps trois mouvements. Et pour en avoir absolument partout, même sur l’oreille (du vécu…)

Ne pas imaginer non plus faire ça pour la kermesse de l’école, dans 3 jours, même en vous y prenant très à l’avance. Parce qu’au bout de 30, on en a un tantinet assez d’être derrière son bain marie à tapoter pour que les surplus de chocolat tombent… Alors les 100 prévus… non, ce n’est pas possible (oui, c’est du vécu aussi, je suis comme ça, moi, un brin aventurière, et un brin folle, avec du chocolat sur l’oreille!)

Mais comme c’est une source de fierté, même quand il n’y en a « que » 30, et que c’est rigolo à faire, lancez vous!

A l'assaut des pop cakes... une amusante épopée (même si je ne referais pas ça tous les jours!) 06

Me voilà donc partie à l’assaut des cake pop.

Pour me faciliter la vie, j’ai acheté une barre bretonne, genre quatre quart. (en fait, j’en ai acheté 4 vu que je comptais en faire tout plein, j’ai donc de quoi gouter jusqu’à la fin des temps…)

Coté chocolat, j’ai pris du chocolat patissier classique, et du chocolat patissier blanc, petite trouvaille inespérée. Même si, au final, le blanc ne fut pas une grand réussite.

Coté baton, de vulgaires bâtonnets à brochette, d’une longeur de 15 cm dont l’Homme, ce héro, a découpé le bout pointu (je vous rappelle que je destinais ces cake pops pour la kermesse, donc pour des enfants de maternelle, d’où l’absence de pic. En d’autres circonstances, les pics n’ont rien d’embettant, et on peut donc les laisser.)

Coté liant, du nutella. et un petit peu de gelée de mure, juste pour ma conscience qui hurlait à la vue de 3 cuillères à soupe de nutella dans le saladier!

Coté support, j’ai monté un meuble en kit dernièrement! J’avais gardé les plaques polystyrènes, histoire de m’en servir en réflecteur de lumière pour les photos. Ca fait aussi un très bon support de cake pop, une fois recouvert de papier alu…

Pour 30 cake pops (voire plus)

  • 1 barre bretonne
  • 350 g de Nutella
  • 50 g de confiture de mure (ou autre), voire plus
  • 400 g de chocolat noir

Première étape: Dans un grand saladier, émietter la barre bretonne. Mixer ou pas. Ajouter le nutella et la confiture. Amalgamer tout. Il faut que la pate puis facilement former des boules souples. Former des boules, comme avec de la pâte à modeler. Pas trop grosses. Les miennes l’étaient et quelqu’unes se sont cassées par le propre poids.

Les poser sur un plat. Les entreposer au frigidaire minimum 1 heure.

A l'assaut des pop cakes... une amusante épopée (même si je ne referais pas ça tous les jours!) 01

Deuxième étape: faire fondre le chocolat au bain marie. Le maintenir fondu à température faible. Pour faire pro, tempérer le chocolat (ce que je n’ai pas fait pour cause de thermomètre pris en otage). Le tempérage rendra le chocolat très brillant une fois durci.

Dans mon histoire, j’ai commencé par le chocolat blanc. C’était presque parfait, pas assez liquide, je pense, j’ai donc cassé 2 boules, et une fois plantée dans le support, le chocolat a continué de dégouliner lentement, emportant avec lui les décorations… Au bout de 10 mn, le chocolat est devenu granuleux, inutilisable.

J’ai donc fait fondre le chocolat noir, et ce fut beaucoup mieux, bien plus liquide, beaucoup plus facile à utiliser.

Troisième étape: Tremper un batonnet dans le chocolat, et percer la boule sur les deux tiers.

Je n’ai pas pris le temps de tremper le batonnet dans le chocolat avant d’embrocher la boule. Erreur: le batonnet tournait dans la boule, impossible de manipuler la cake pop correctement. Donc, si j’étais vous, je tremperais! et je réfrigérerai après, histoire d’assurer la prise!

Quatrième étape, celle où il faut de bonnes jambes (parce qu’on reste debout trois plombes derrière sa cuisinière…): tremper les cake pops une par une dans le chocolat, tapoter pour faire tomber l’excédent (ça, ça dure une plombe!) et piquer la cake pop sur le support.

Décorer à votre guise.

J’ai voulu me la pêter grave, et j’ai décidé d’utiliser les feuilles transferts pour patisserie. Autant cela aurait pu être intelligent avec le chocolat blanc, autant cela fut ridicule avec le chocolat noir: on ne voit rien, même le rouge. De plus, forcément, la boule prend un air écrasé, qui n’est pas du plus bel effet sur le coté.Il aurait mieux valu que je pose la cake pop debout, en imaginant je ne sais quoi pour tenir les batonnets. Bref, jolie erreur…

Autre erreur: j’ai façonner 4 boules en forme de Hello Kitty. Seule une a survécu presque jusqu’au bout. Elles se sont toutes cassées, sous leur poids + le poids du chocolat et des décorations. La seule rescapée a été décorée en chocolat noir. Mais elle s’est cassé 1 heure après… je pense que ma pâte était trop dure, pas assez souple.

A l'assaut des pop cakes... une amusante épopée (même si je ne referais pas ça tous les jours!) 02

Verdict:
A améliorer si je recommence (parce que oui, je vais recommencer, ça m’a vraiment amusé, et je trouve ça très chouette pour un anniversaire)
  •  temperer le chocolat
  • ne pas utiliser de chocolat blanc
  • trouver un truc pour ne pas salir les batonnets
  • acheter les ingrédients américains, dont ces jolis chocolats déjà colorés … non, je ferai avec les moyens du bords! à la Française, à la Grassoise!
Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s